Le vent d'autanAfficher l’image sourceZone de Texte: « On pod pas empachar l’auta de buffar et las femnas de parlar »

On ne peut ni empécher l’autan de souffler ni  les femmes de parler

Dessin de Charles Mouly auteur de La Catinou
Afficher l’image sourceZone de Texte: C'est un drôle de vent, qui est drôlement gonflé ! Et on le connaît dans la région depuis toujours : « aouta », « auta » ou « autan », son nom occitan lui vient du latin « alatanus ventus », le vent qui vient de la haute mer, autant le préciser.
Et c'est vrai qu'il faut aller le chercher loin, notre zéphyr, au beau milieu de la Méditerranée, peut-être même jusqu'à l'Italie. Il se forme souvent lorsqu'une dépression se pose sur l'Espagne, et qu'un anticyclone s'installe sur le Jura. Et hop, voilà l'aspirateur qui se met en marche ! Le hic, c'est que notre autan va se retrouver étranglé entre les Pyrénées et la Montagne Noire ! Cela va accélérer la puissance de son souffle et le rendre caractériel et vantard, avec des rafales pouvant aller jusqu'à 130 km/h.
 
Zone de Texte: L'autan rend fou ?
Les météorologues, les meuniers du Lauragais et les grenouilles distinguent l'autan blanc, sec, frais, (normal pour du blanc) qui souffle dans des conditions anticycloniques et l'autan noir, souvent assez chaud, précédant pluies ou orages. L'air a fait provision d'humidité au-dessus d'une Méditerranée agitée : dès que le vent s'arrête, il pleut.
On en conviendra : ce ventilateur n'est pas facile à supporter. Mais la légende qui dit qu'il est le vent qui rend fou est-elle exacte ?
«Nous n'avons pas quelque chose de réellement prouvé sur les recrudescences de troubles psychiatriques par vent d'autan, observe le docteur Gildas de Lassat, psychiatre à l'hôpital Marchant. Pas de pics de suicides non plus pendant ces périodes. Pourtant, c'est vrai que ce vent-là a cette réputation à Toulouse et dans la région, de vent qui rend fou. Cela peut s'interpréter aussi avec cette légende qui disait que par vent d'autan  on entendait hurler les fous de l'hôpital Marchant jusqu'à la place du Capitole !»
Pour ce médecin, «nous, nous observons simplement que nos patients dorment moins bien parce qu'ils sont gênés par les bruits du vent qui sont désagréables C'est vrai, il souffle jour et nuit, en rafale… Et en plus, il vient de l'est, alors qu'un vent «normal» souffle de l'ouest !»
Que les patients soient épuisés par le bruit du vent, ce n'est pas si fou que ça !
Afficher l’image sourcelagardiolle.comAfficher l’image sourceAfficher l’image sourceSOMMAIRE
ACCUEILSUIVANT :
Publications