Zone de Texte: A propos des PATUS

Créés au Moyen-Âge , les patus étaient des parcelles que le seigneur laissait à disposition des habitants de hameaux. Ces parcelles permettaient la libre circulation de tous les animaux et des gens. C’étaient souvent des abreuvoirs, des mares, des lieux de battage, des fours à pain, des moulins, etc…
Ces parcelles subsistent de nos jours dans nos hameaux. La Mairie en paye les impôts fonciers. D’après la loi, elles appartiennent en commun aux habitants propriétaires et aux résidents de proximité  inscrits sur les listes électorales de la commune.
A l’heure actuelle beaucoup de ces parcelles sont enclavées dans une propriété.
Si un propriétaire veut acheter une de ces parcelles il lui faut l’accord UNANIME de l’ensemble des habitants et propriétaires. En cas de mauvaises relations de voisinage cela entraine des problèmes de jalousie, fâcherie et autres.
La procédure proposée par la mairie consiste à passer ces patus en bien communal. Une fois la parcelle devenue communale la Mairie peut la vendre pour une somme modique aux personnes intéressées jouxtant le bien.

Le jeudi 1er juin 2017 les personnes concernées devront venir en mairie et s’exprimer sur cette procédure. 2 questions sont posées :
1– Acceptez-vous que le patus devienne communal ?
2– Autorisez-vous la Mairie à revendre cette parcelle à un habitant du hameau intéressé ?
Si vous n’êtes pas disponible, vous pouvez donner donner procuration à l’un€ de vos voisins(ines)
Zone de Texte: ETYMOLOGIE

Pati ou patis, patus signifie d’après Alibert et selon les régions « pâtis; pacage, préau, cour intérieure, basse-cour, cloaque, fumier, place, loge à porcs ».
Les premières attestations, du XIIe au XIVe siècle, viennent de Nîmes, Montpellier et Mende: pati« pâturage communal », mais « cour d’une maison » à Carcassonne,  » lieu où chacun peut jeter les objets dont il veut se débarrasser » à Marseille. Dans les parlers modernes nous trouvons des sens secondaires comme « espace non cultivé autour d’une grange » dans le Dauphiné, « basse-cour; lieu d’aisance » en provençal, « lieu où l’on rassemble les ordures d’une maison » à Marseille (A.Brun dans « Le Français de Marseille » 1931) et « lieu d’aisance » (attesté par le dictionnaire d’Achard de 1785 et par A.Brun). Pour l’abbé de Sauvages le pati est la « basse cour ». Pati est aussi attesté à Toulouse et dans le Béarn.
Dans des textes rédigés en latin du moyen âge on trouve fréquemment des mots qui n’existaient pas à l’époque des Romains. Les clercs donnaient souvent une forme latine à des mots utilisés dans la région. Ainsi on trouve dès le XIIe siècle le mot patuum avec le sens « pâturage communal » dans des manuscrits écrits dans les  départements  de la Vaucluse, des Bouches du Rhône, du Gard, de l’Hérault et de la Lozère. Par exemple : dans un manuscrit Comptes des clavaires de Montagnac du XVe siècle.
Zone de Texte: Commune de Lagardiolle
Retour
Accueil

COMMUNE   Equipe municipale   Elus départementaux 

 Chronologie des maires   PCS   Pompiers de Dourgne    Patus   Jargon territorial   Communauté de Communes   SIPOM  Syndicats

Index